Ce blog pour vous faire sourire, rire, pleurer des situations rencontrées au quotidien quand une maladie invalidante vous habite

» Catégorie : Plongée


Handisub: un beau pied de nez à la SEP

Commentaires » 4

 

trebeurden aout 2014

Des vacances en Bretagne remplies de soleil, d’eau de mer, de nage,  de houle, de vagues et de plongées, bien sur! Un beau pied de nez à la SEP. 

Dans mon centre favori, le CAP Trebeurden, j’ai pu nager dans les vagues, plonger et partager l’ambiance conviviale du camping avec tous les amis de la « rue de la soif ». Un grand bonheur ce temps de nomadisme, où la pendule et le calendrier disparaissent, où on peut dormir jusqu’au grand matin, où le pain frais arrive  tout seul sur votre table, et où quelqu’un est toujours là pour un petit coup de main! Des vacances comme j’aime, à parler plongée du matin au soir, et du soir au matin.  Des vacances où on oublie (presque) tout: plus de kiné, plus de médecin, plus d’hosto rien que la vie, la vraie, emplie de poissons et autres merveilles du fond des mers. 

Un bon bol d’air frais avant de reprendre le collier en septembre!

 

L’handiplongée pour de vrai en Méditerranée, même avec la SEP!

Commentaires » 2

dauphin Bormes Bormes

En avril , mon club de plongée  Audosub  (http://audosub.clubeo.com/) a organisé un voyage de plongée à Bormes les Mimosas en Méditerranée. Nous étions ainsi  une bonne quinzaine dans une grande villa. Presque une colonie de vacances!  La grosse nouveauté cette année, c’était pour moi la reprise de mes activités subaquatiques avec les copains!

Cela n’a pas de prix la plongée , la vraie, avec le bateau qui bouge dans tous les sens!  En plus cerise sur le gâteau , le club Aventure Bleue (http://www.aventurebleue.com/)  que nous avons choisi pour nos sorties, a mis à notre disposition son gros bateau Narcose, de 32 plongeurs pour la circonstance. Impeccable pour le fauteuil roulant, super spacieux et confortable. Mon fauteuil manuel  a été soigneusement amarré à un poteau,  ouf, pas de risque de me perdre en route!

En plongée, j’ai retrouvé bien vite des sensations oubliées mais il faut avouer  aussi quelques difficultés qu’il m’a fallu résoudre:

  • Commençons par la mise à l’eau:

Très simple pour Monsieur Toutlemonde, valide  et sportif, mais quand on a pas beaucoup de jambes et encore moins de force dans les bras, comme moi, comment faire? Je ne sais pas si vous imaginez le poids en kilo d’un équipement de plongeur standard? Voyons, faisons le calcul:

une bouteille   équipée 15kg + 5kg de plomb + la  combinaison + gilet stabilisateur + les gants, le masque, les palmes et autres gadgets: Total 25 kg! Misère, imaginez seulement que je n’arrive pas à porter une bouteille d’eau de 1.5 litre!!!

Vous voyez que le problème n’est pas si simple. Pas question de s’équiper sur le bateau comme les copains, ou alors je m’écroule, de suite comme une chiffe molle, écrasée par ma bouteille! Le plus simple puisque la mer était calme a été la première fois de mettre à l’eau sans ma bouteille et de m’équiper dans l’eau. Le lendemain, insatisfaite par ce manque d’autonomie, j’ai trouvé une autre solution! J’ai réussi à m’équiper sur le bateau à condition qu’une personne soutienne ma bouteille dans le dos et qu’elle ne pèse pas sur mes épaules. Alors, j’ai réussi mon saut droit, comme toute bonne plongeuse qui se doit! Plouf, au jus!

  • Trouver son  équilibre dans l’eau et se propulser:

Essentiel, quand son corps n’est plus tout à fait le même! Il faut se réapproprier l’élément liquide. Tenter de comprendre pourquoi, ces foutues jambes molles ont tendance à flotter. Pourquoi vous avez le bas du dos écrasé par la ceinture de plomb, vous empêchant de palmer comme j’en ai l’habitude en surface? Pourquoi, j’ai du  faire plus de 20 vidages de masque durant ma plongée?  En voila des soucis à résoudre. Mais calmement par étape,  j’ai réussi à analyser ces soucis techniques et y pallier au fur et à mesure de mes plongées.

La solution passe parfois par changer ses habitudes de vielle plongeuse ou simplement adapter son matériel. C’est ainsi que j’ai allégé ma ceinture et mis des plombs dans mes poches, troqué mes grandes palmes rigides contre des petites palmes légères, adopté un mode de propulsion non conventionnel alternant palmage,  mouvements bras et ondulations.

Résultat, à la 3ème plongée, j’étais à l’aise et bien plus attentive à mon environnement!

  • Remonter sur le bateau:

Hou là là, pas évident comme problématique à moins d’avoir un bateau adapté avec plateforme élévatrice mais ça court pas les ports! Alors comment faire? Hé bien compter sur les copains, c’est essentiel et puis, partir après toutes les palanquées pour se retrouver avec les autres plongeurs à l’échelle. Ensuite, déséquippement dans l’eau , ceinture de plomb comprise, sinon c’est bye bye, au fond de la mer! Puis quelques plongeurs vigoureux qui montent vos jambes sur l’échelle, poussent le gros derrière jusqu’à  ce qu’ une personne sur le pont puisse vous hisser. C’est presque comme sortir un cachalot de l’eau, mais enfin, faut savoir ce qu’on veut!

  • Pour finalement voir quoi?

Limitée à 6 mètres (je sais c’est pas les abysses), j’ai pu admiré des mérous en pagaille, un banc de plus de 20 barracudas et quantités de petits poissons colorés (castagnoles, girelles, sars, etc…) et des nudibranches mignons à souhait . Bref tout plein de belles choses comme je les aime dans un espace naturel protégé à Port Cros.

Mérou                                                                                                          Barracudas

mérousbarracudas

J’ai encore des merci et des gros bisous à distribuer:

à tous les copains d’Audosub,

à mon moniteur préféré Moumoun

et enfin à Alexia, Ben et Eric d’Aventure bleue sans lesquels,

je n’aurais pas pu réaliser mes  rêves de plongées !

 

 

Handiplongeuse certifiée!

Commentaires » 2

disabled-39600_640

Ceux qui me connaissent savent que j’aime le sport, et plus particulièrement la plongée. Depuis que j’ai la SEP, j’ai du adapter ma pratique aux réalités de la maladie car la plongée est un sport exigeant en terme de forme physique. Le certificat médical doit être établi par un médecin fédéral qui met ses restrictions. C’est ainsi que selon les périodes d’évolution de ma maladie, j’ai pu réaliser des randonnées aquatiques avec les palmes, le masque et le tuba, plonger à l’étranger mais pas plonger dans le cadre fédéral de la FFESSM (Fédération Française d’Etudes et de Sports Sous-Marins), celle-ci étant fort restrictive pour certaines pathologies, dont la sclérose en plaques. Par la force des choses, j’ai donc adapté ma pratique à mes capacités physiques axant mon activité, essentiellement dans des balades aquatiques en milieu naturel sur les mêmes lieux de pratique que mon club: mer du Nord, Hollande, Méditerranée, Bretagne etc…

C’est le secret, l’adaptation! La plongée est un sport merveilleux mais qui nécessite une bonne intégrité cardiaque et pulmonaire ainsi qu’ une bonne forme physique car les effets de la pression sur notre corps ne sont pas anodins. La question essentielle est,  lorsqu’on est porteur d’une maladie  comme la SEP. Peux-on plonger? Oui,  mais en fonction de la gravité de sa pathologie. C’est une évolution récente au sein de la fédération. Il y a quelques années, on vous aurait ri au nez et envoyé faire des pâtés de sable sur la plage! Aujourd’hui les règles pour l’obtention d’un certificat médical s’assouplissent et évoluent.  Il était temps, car ces règles étaient tellement complexes et restrictives que dans la réalité, très peu d’élus pouvaient gouter aux  plaisirs subaquatiques.  Durant ce temps, loin de m’éloigner de la plongée, j’ai continué une activité secrétariat dans mon club et je suis devenue une NAP: nageuse avec palmes en piscine et en milieu naturel. Je suis devenue incollable sur les longueurs de piscine et fait actuellement, allégrement  plus entre 1 et 1.5 km à chaque entrainement alors que je ne sais pas faire plus de 200 mètres sur terre sans une canne! Finalement je mets à rêver d’une maison sub-aquatique dans laquelle j’évoluerais en nageant… Il faut que je me surveille, peut-être va-t-il me pousser des branchies? LOL

Mais la cerise sur le gâteau, je viens de l’obtenir récemment : mon fameux certificat médical me permettant de plonger au sein de la  FFESSM. C’est la consécration qui me permet des réintégrer officiellement la grande famille des plongeurs et retrouver les prérogatives de mes diplômes même si j’ai des restrictions. Je ne suis pas tête brulée et  je ne prétends qu’à des plongées sans décompression. Je suis actuellement limitée à 6 mètres.  Peu m’importe la profondeur, ce qui important c’est la sensation d’apesanteur, de calme et de liberté que je ressens dans l’eau. De plus, lorsque  la profondeur est faible, la lumière est si belle.  C’est merveilleusement  coloré et  beau. Je vous parlerai très bientôt de mes sensations de handiplongeuse retrouvées et de tous les instants merveilleux que je viens de vivre en Méditerranée… La suite des aventures pour  très bientôt.

Handiplongeuse à Bali

Commentaires » 3

Handiplongeuse à Bali dans carnets de voyage dsc01467Comme je vous l’avais promis, voici le récit de mes aventures à Bali. Plonger dans la mer de Bali est un pur bonheur: prenez un aquarium de poissons exotiques, plongez la tête dans l’eau, vous y êtes. L’eau est claire comme une bouteille d’eau minérale et affiche plus de 30°C J’ai réalisé quatre plongées à 10-12 mètres et plusieurs randonnées aquatiques. Les plongées ont eu lieu sur trois sites: Lovina  avec ses récifs coralliens, ile de Menjagan, un parc national d’Indonésie et sur la splendide épave de Tulamben. Je vous ai mis quelques photos des merveilles que j’ai vu, difficile de pouvoir vous décrire l’ambiance, ce que je retiens c’est la beauté de ces fonds volcaniques au sable noir mais éclatant de couleurs par une faune très très diversifiées. C’est le royaume des nudibranches (limaces) aux couleurs sublimes, des gorgones géantes, des crinoïdes multicolores, des éponges barriques géantes dans lesquelles on pourrait se cacher (si si). Mes souvenirs les plus marquants:

dsc01493-300x225 dans Histoires pur plaisirpict0229-300x225 dans Le sportpict0027-300x225 dans Plongée

 

  • le démarrage d’une tortue juste devant moi et s’en allant gracieusement dans le bleu
  • nager avec un banc de carangues tournoyant autour de moi et se frottant à mes jambes, j’étais au sein d’ un tourbillon magique.
  • ma rencontre avec un énorme barracuda à l’air féroce et pas franchement aimable

Quelles difficultés ai-je rencontrées? Hé bien aucune. La température de l’eau était idéale et je n’ai jamais eu de sensation de froid. C’est le souci majeur lors des plongées en milieu tempéré, j’y suis très sensible (ma circulation n’est pas top) et doit m’équiper en conséquence avec des gants épais en néoprène, voire des moufles, cagoule et chaussons. J’ai eu besoin d’aide pour enfiler ma combi, la fameuse séance habillage en plongée est épique, et pour remonter sur le bateau, bien sur. Là, je dois enlever mon équipement dans l’eau (bloc, stab et ceinture de plomb). La plus grosse difficulté a consisté à monter à l’échelle mais j’ai réussi grâce à  des gars en dessous poussant la baleine et d’autres me tirant depuis le bateau. Je vous dit pas les fous-rires!

Que du bonheur!

 

 

J’ai nagé avec les phoques gris de l’île Maloine!

Commentaires » 6

Un grand merci à Lolotte et Romain qui m’ont invitée à passer un après-midi inoubliable! Nous somme partis par un temps plus que moyen de Trébeurden en bateau en direction de l’île Maloine à 7 miles. Au passage, nous avons essuyé un petit grain et avons été bien secoué.

J'ai nagé avec les phoques gris de l'île Maloine! dans Histoires pur plaisir 002-300x225

C’était un peu sport comme navigation, mais j’étais bien installée sur une banquette qui amortissait un peu les chocs.  Après 1 heure de traversée mouvementée nous avons mouillé le bateau dans une sorte de crique à l’abri de quelques tas de cailloux austères. La pluie nous a accueilli puis après quelques minutes d’attente, une petite tête  a surgi au pied des rochers. Nous nous sommes alors mis à l’eau sans trop de bruit puis avons attendu patiemment dans l’eau froide et mouvementée. L’eau était assez claire et chargée en poissons: grandes vielles et bancs de petits lieux.

023-300x225 dans Le sport

J’observais les fonds depuis la surface quand comme par magie, je l’ai vu à deux trois mètres en train de m’observer avec son petit air insolent. Une pirouette et hop disparu… Il apparaissait  et disparaissait comme par magie, d’un coup de queue. C’est extraordinaire à observer, quelle aisance dans l’eau!

Voici quelques clichés que nous avons réussi à prendre de nos deux amis d’un jour: deux phoques gris

phoque-profil-300x225 dans Plongéephoque-se-retournant-300x225

Que dire, sinon que l’émotion était vraiment au rendez-vous! Et puis, que ça vaut vraiment le coup de faire des longueurs de piscine toute l’année pour avoir avoir assez endurance pour vivre des moments comme ceux-là.

Des vacances comme ça, c’est le rêve.

Plongée à la cale de l’île de Milliau

Commentaires » 0

Plongée à la cale de l'île de Milliau dans Histoires pur plaisir Cap-plong%C3%A9e-11-08-2012-001-e1344885709917-225x300Cap-plong%C3%A9e-11-08-2012-010-300x225 dans Plongée

Samedi dernier j’ai fait avec mon homme une plongée à la cale de l’île de Milliau à Trébeurden. Le monstre que vous voyez sur les photos: c’est moi! Jusqu’à présent je m’étais contentée de randos palmées mais là, j’ai joué le grand jeu et j’ai renoué avec la plongée. La sérieuse, celle avec bouteille, détendeur et tout le bastringue. Vous voyez, on ressemble à un arbre de Noël! Le temps , grand beau s’y prêtait vraiment pour la faire cette plongée. Comme d’hab, on a embarqué mon fauteuil sur la barge et après 5 minutes de navigation, nous sommes arrivés à la cale. Équipée en deux temps, trois mouvements, j’ai plongé avec mon homme à l’enivrante profondeur de 5,4 mètres de profondeur durant 35 minutes. Les cinq premières minutes furent un peu stressantes, je dois dire. D’abord j’avais perdu l’habitude de respirer sur un détendeur , cela fait quand même plus de 4 ans que je n’ai pas plongé,  ma dernière plongée inscrite au carnet remonte très exactement au 19 avril 2008 au Lavandou  (28 mètres, 21 minutes). Après ces premières minutes, je me suis sentie parfaitement bien  et enthousiasmée par la sensation d’apesanteur. Mon corps était libre dans toutes les dimensions, sans contraintes, c’était fabuleux. J’ai vu quantités de poissons (bars, mulets, lançons, dragonnets, grande vieille planquée dans des algues)

dragonnet-300x187Dragonnet: un drôle de poisson à la tête triangulaire qui est un as du camouflage!

Mais nous avons vu aussi plusieurs seiches dont une que nous avons dérangé sans le vouloir et qui nous a jeté fâchée, son nuage d’encre et enfin un gros lièvre de mer (limace).

Aplysia-punctata-Livre-de-mer-300x187

Mon prochain récit, vous contera la journée d’aujourd’hui où j’ai eu l’immense plaisir de nager avec …des phoques à l’île de Maloine. Si si!!

Ah les rand’eau en Bretagne!

Commentaires » 4

Fait beau, fait chaud, on se croirait en Méditerranée? Mais non, mais non, je suis en Bretagne sur la côte de granit rose, à faire de la randonnée aquatique à tout va. On embarque le fauteuil pour mon confort sur le bateau et zou, on n’arrive plus à me sortir de l’eau. J’ai du être une bête aquatique dans une vie antérieure, c’est sur…

Ah les rand'eau  en Bretagne! dans Histoires pur plaisir plong%C3%A9e-Trebeurden-269x300

Qu’ai-je vu? Des bars taillés comme des fusées en train de chasser le lançon, des vieilles en pagaille jouant à cache cache avec les algues et même une coquette et un centrolabre venant me dire bonjour en apnée.

bar dans Plongéealphestes-afer_jms1-300x225

Bar                                                                                     Petite vieille

coquette-m%C3%A2lecentrolabrus_exoletus_vm_145041-300x199

Coquette mâle                                                               Centrolabre

Qui a dit qu’on ne voit pas de poissons colorés en Bretagne?

Demain, c’est carrément une plongée qui m’attend, je vous raconterai tout, c’est promis.

Rando aquatique en eau froide

Commentaires » 2

Ah,  j’ai fait fort ces derniers temps: deux randos palmées en mer. Une en méditerranée à la Londe les Maures dans la réserve biologique de Port Cros  et l’autre au port de Dunkerque à la forme 4 le jour de mon anniversaire le 1er mai.

Revenons à la première rando. J’ai fait cette ballade lors de notre sortie de notre club de plongée Audosub à La Londe les Maures. Une véritable petite aventure car j’ai embarqué le fauteuil sur le bateau et après 35 minutes de navigation , nous sommes arrivés à l’abri d’une île proche de Port Cros, réserve biologique intégrale. Ce qui signifie que nul ne peut y débarquer. Nous avons donc fait notre petite ballade en apnée durant une demi heure après avoir sauté allégrement du bateau dans une eau à 14°C, ce qui n’est pas si mal pour l’époque. Bien sur combi obligatoire.Qu’avons nous vu? Dans les herbiers de posidonies, des nuées de poissons: castagnoles, girelles, crénilabres etc… En voici quelques exemples pour vous donner l’ambiance:

Rando aquatique en eau froide dans Le sport crenilabre_paon-300x226castagnoles-dans-un-herbier-300x224 dans Plongée

Voila pour la Méditerranée. Maintenant direction mer du Nord. Changement de décor. Étonnamment, l’eau de Dunkerque était exactement à la même température 14°C. Pas mal pour la saison! L’eau était ce 1er mai encore parfaitement claire, peu de planctons, parfait pour l’apnée. Et là qu’avait il à zieuter: des enooormes étoiles de mer se gavant de moules, des jolies crevettes bouquet, des étrilles et quantités de groseilles de mer scintillant à la lumière. Les bars ayant eu l’impolitesse de venir en surface après ma sortie de l’eau. Tsss, les bonnes manières se perdent!

moules-300x225groseille1-300x225

Blog en dilettante!

Commentaires » 3

Je suis un peu frustrée de ne pas pouvoir écrire comme je l’entends sur mon blog. J’ai bien une connexion internet pendant la semaine mais je ne peux pas poster d’articles. Cela ne fonctionne pas depuis mon centre de rééduc… Il me reste le week-end pour faire coucou à mes lecteurs. Donc ne vous étonnez pas d’avoir des nouvelles moins régulières. Tout va bien.

Cette semaine, j’ai travaillé comme une folle sur le cours de biologie que je devais donner aux futurs niveaux 3 de notre club de plongée. 50 diapos, ouf….J’ai bouclé en travaillant fort tard. Pas raisonnable? Si vraiment si, cela active un peu les neurones et oblige à un minimum de concentration (mon gros souci). Je suis d’autant plus ravie que le cours a  été bien perçu et que personne ne s’est endormi. Yes…..

 

Sortie plongée au lac bleu

Commentaires » 8

Quel bonheur, cette sortie au lac bleu de Roeux ce dimanche!

Nos plongeurs Audosub en pleine préparation263.jpg267.jpg

Hier c’était la sortie « essai de combinaisons de plongée » avec tous les efforts que cela comporte, le but ultime étant d’acheter une combi de nage, près du corps, pas trop épaisse pour me laisser une certaine liberté de mouvements sans contrainte. Je reviens aux essais. Il faut se tortilloner, se déhancher, ahaner en tirant sur ce « grigsfre¨°0*ù¨ » de néoprène! Grrrrr Pfou….Après une heure et 4 ou 5 combis, je crois que j’ai décroché LA COMBI qui me convient.Ouf!

Aujourd’hui,  j’ai accompagné les plongeurs de mon club, à leur sortie au lac Bleu. Ne pouvant pas pratiquer la plongée subaquatique  dans le cadre fédéral de mon club (c’est le certificat médical qui coince), je me suis mise tout naturellement à la nage palmée et la randonnée aquatique. Ce matin, l’eau était claire, fraiche (14-15 °C) sans être glaciale, finalement parfaite. Après une grande descente vertigineuse en fauteuil roulant sur le chemin d’accès, je me suis glissée avec délice dans cette eau bleue. Etrange ambiance que cette eau claire bleutée même en surface. L’eau était si claire que j’apercevais dans le bleu les plongeurs évoluant dans le fond et relâchant leurs myriades de bulles. Mon plaisir était de traverser ces chapelets de bulles me chatouillant le visage et d’observer les plus grosses, remontant en paressant à la surface telles des méduses translucides. Je ne nageais pas, je volais dans leurs bulles, la tête dans le grand bleu sans m’apercevoir que, cachée dans les feuillages, je provoquais l’inquiétude de mes pairs, ayant disparu de leur espace visuel. Mais moi, j’étais ailleurs, comprenez bien, l’esprit émerveillé, les yeux brillants de bulles.

269.jpg Kosok

Quel réel plaisir. Je ne pensais vraiment pas qu’il était possible de s’évader autant en nageant à la surface d’un lac.

Bon quand est-ce qu’on remet ça, SVP ? Le plein de bonheur cela ne se diffère pas.

12